Hors la nature il n’est point de salut

photo R.A.N
photo R.A.N
A-  |  A+
Il n’y a pas que les ours qui hibernent. Nos corps, l’hiver durant, ont accumulé eux aussi, à leur façon, des réserves alors que l’organisme fonctionnait au ralenti. Il s’agit maintenant de drainer le corps et de libérer l’esprit.

Ma foi, il est un organe en particulier qui a la charge de booster le système digestif. Vous avez compris lequel. Et pour donner un coup de pouce à la détoxification hépatique, il n’est rien de meilleur que les herbes… amères. Les anciens l’avaient bien compris qui pratiquaient simultanément le grand ménage du foyer, l’« Oschterputz », et le reformatage du métabolisme. D’une part on recycle les vieilleries, on se débarrasse du surplus et de l’inutile, d’autre part on se fait une orgie d’herbes et de légumes qui sollicitent le foie, lequel reprend du service. Le pissenlit, malgré une sémantique ingrate, est plein de vertus. Il est l’ami du foie, des reins, des veines et des artères. Diurétique (c’est bon, on a compris !), dépuratif, tonique, son amertume facilite la digestion et atténue les troubles de la vésicule biliaire. L’ortie, mal-aimée des randonneurs, est dotée également de multiples vertus. Les grands-parents, forts d’un tel savoir, consommaient – c’était avant l’agriculture intensive et mondialisée – un plat de légumes verts du cru ou bien la soupe aux 7 ou aux 9 verdures.

Il s’agit maintenant de s’aérer la tête et de se dégourdir les jambes. En Alsace, point n’est besoin de parcourir des kilomètres pour accéder à un peu de nature. Entre Vosges, piémont, Ried, plaine et bois, les choix ne manquent pas. Sans parler des parcs et jardins (voir article) qui apportent leur touche à la fois intimiste et créative.


Choper sa bière de saison

A table, c’est le terroir qui se décline avec les asperges puis les fraises, fort attendues par les gourmets. Les premières tartes sont à la rhubarbe. Et la bière ? Adieu à la bière de Noël, salut à la bière dite « de Mars » ou « de printemps ». Logique non ?

Focus

Reines de mai
Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! Le premier jour du mois de mai annonce la fête du travail partout dans le monde. Dans la tradition celtique, c’est le jour du passage de la saison sombre à la saison claire. En Alsace, ce jour-là, la coutume est de planter des arbustes verts décorés (« Maïe ») et de fêter les reines de mai, jeunes filles messagères (et non ménagères !) de printemps. La Pentecôte accueille les rituels liés à l’énergie vitale incarnée par des mannequins de paille hirsutes (voir article sur le « Feuillu »). Puis le cycle de Pâques se clôture avec les imposantes processions de la Fête-Dieu, célébrée 60 jours plus tard. Ouf ! On va pouvoir repartir du bon pied !