Peintres de génie et chantres du terroir

« Le messager boiteux »
et « La lecture »
par Gustave Stoskopf

© Photos R.A.N.
« Le messager boiteux » et « La lecture » par Gustave Stoskopf © Photos R.A.N.
A-  |  A+
Accès au contenu enrichi :Vidéo
Entre Wissembourg et Pays de Marmoutier furent créées des œuvres remarquables, dédiées à la ruralité, dont certaines trônent dans les salles des musées de Haguenau.

Au Musée alsacien, le premier étage aligne des vitrines dédiées à l’imagerie populaire tandis que costumes, détails de l’habitat et mobilier alsacien viennent compléter un panorama racontant la campagne dans son décor le plus riche et le plus créatif.

On s’arrêtera notamment devant les ravissantes peintures sous verre des 18e et 19e siècles ou des chefs-d’œuvre de maîtrise comme un « couronnement de poêle » décoré de deux séries de visages. Une illustration du savoir-faire remarquable de la corporation des potiers.

Vaste fresque déclinée en six scènes rehaussées de dorures, la « Légende du semeur de chanvre » de Charles-Emile Matthis constitue une œuvre majeure du musée. Elle relate en six tableaux, entourés des vrilles et des branches du chanvre, les différentes étapes de la préparation de la plante aux multiples usages industriels, dont la fabrication de tissus. Alors que la région a été annexée par l’Allemagne, l’artiste patriote ne se prive pas d’y inscrire des textes dans la langue de Molière et d’employer les couleurs de la République Française.

Figure incontournable de l’art populaire durant les premières décennies du 20e siècle, Louis-Philippe Kamm est représenté par un tableau intitulé « Les jeunes filles à l’église », daté de 1932. Les fillettes du village d’Oberseebach portent le costume traditionnel encore en usage en 1932.

Autres trésors picturaux au Musée historique de la ville, des toiles de Gustave Stoskopf. Ce dernier a laissé derrière lui une galerie de portraits de paysans alsaciens qui ont fait sa notoriété. Des œuvres visibles dans quelques-uns des grands musées de France et d’Allemagne. Son « Messager boiteux » date de 1935 tandis que « La lecture » a été réalisée en 1927.


Vidéo


Focus

Le plus popu de tous

La salle du Musée historique de Haguenau dédiée à l’art régional témoigne d’une période (fin 19e et début 20e s.) où un grand nombre d’artistes, par leur ouverture d’esprit et leur attachement à leurs racines, vont ouvrir de nouvelles perspectives à la création plastique en Alsace. Parmi les figures phares de ce moment, Robert Kammerer, surnommé le « Peintre des Vosges », ou Lucien Blumer, considéré comme « le plus Alsacien des peintres ». On lui doit nombre de scènes de la vie rurale ou encore des vues fameuses des quais de l’Ill à Strasbourg.